En finir avec mon addiction aux sucres : 2e partie – Jour 12 de mon défi

bains dérivatifs
Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

J’avais 22 ans quand j’ai rencontré l’homme qui est devenu mon mari. Depuis, je n’ai cessé de chercher de « vraies » solutions pour en finir avec mon addiction aux sucres.

De nouveaux horizons

Mon mari me parlait beaucoup de sport, et des bienfaits que cela pouvait avoir d’en faire.

Vu mon passif, j’ai eu du mal à adhérer. Je parle en détails de mon rapport au sport dans cet article.

Puis, il m’a emmenée en balade, comme ça, pour se promener, quelquefois.

Une pierre après l’autre

Je ne vais pas dire que ça a été le coup de foudre pour cette activité, mais petit-à-petit, l’idée cheminait dans mon esprit. Mon corps y prenait goût, et je découvrais presque tous les beaux paysages qu’on peut admirer aux alentours de chez moi.

Le bon air de la montagne, le calme, les points de vue à couper le souffle, le bruit du vent dans les feuilles des arbres, le chant des oiseaux, un ruisseau qui coule à flanc de colline… Tout ça, ça m’a vite rendue accro.

en finir avec mon addiction aux sucres

J’ai découvert que j’adorais admirer la nature. Et c’est tant mieux ! Ça m’a donné envie de répéter de plus en plus l’expérience de la marche. Puis, de fil en aiguille, d’aller dans des chemins de plus en plus difficiles, rocailleux, grimpant… J’avais intégré la randonnée en basse montagne dans mes hobbies !

Prise de conscience

Et quand je marchais, je me vidais la tête. Je déchargeais les tensions, prenais un grand bol d’air frais et tout cela, mélangé au bon cocktail d’hormones que je sécrétais, faisait que je ne mangeais pas, pendant ce temps-là. Le « besoin » – différent de celui, réel, commandé par la faim – de manger, se faisait de plus en plus rare.

Mon addiction aux sucres n’est pas partie comme ça mais ça m’a énormément aidée. On ne peut pas écarter l’activité sportive de son hygiène si l’on veut qu’elle soit saine. C’est ce que j’ai compris, au fur et à mesure.

Les peuples vivant de manière traditionnelle marchent énormément tous les jours. Ils font des kilomètres, parfois en portant les plus jeunes sur leur dos, pour aller chercher de l’eau, cueillir des fruits, chasser, pêcher. Certains se baignent tous les jours en rivière dès leur plus jeune âge.

en finir avec mon addiction aux sucres

Un bond en avant

La randonnée, c’est bien beau, mais il y avait des moments où je ne voulais pas aller marcher. D’autres où je ne pouvais pas car je travaillais. Et là, l’envie – parfois très forte – de sucre, en début d’après-midi, notamment, se faisait toujours ressentir.

Pendant quelques années, la seule chose que j’ai réussie à faire, c’est arrêter d’acheter des produits sucrés, totalement. Il n’y a pas un seul biscuit, pot de pâte à tartiner, sachet de brioches, paquet de céréales de petit-déjeuner dans mes placards… Déjà, parce que, pour les farineux, je ne les digère pas quand ils contiennent du gluten, ce qui est le cas de tous les produits industriels contenant des farines ou grains de céréales, sauf quand ils sont estampillés « sans gluten ». C’est le cas des produits ne contenant pas de grains ou de farine de blé, d’orge, de seigle ou d’avoine.

Le hic…

C’est certain, vu qu’il n’y en avait pas chez moi, je n’en mangeais pas. Pour autant, l’envie était toujours présente. Ce que je faisais dans ces cas-là c’est manger un fruit ou un yaourt – parfois les deux. Il me fallait du sucre…

en finir avec mon addiction aux sucres

Pleine de bon sens que je suis, j’ai tout-de-suite compris que ce n’était pas parce que je n’achetais pas de produits industriels sucrés que cela allait m’aider à en finir avec mon addiction aux sucres. Mais comme je ne savais pas comment faire autrement, pendant un long moment, cela a été comme ça.

Ça a été le sujet de nombreuses disputes avec mon cher et tendre, qui se plaignait de ne pas avoir une vie normale, avec des placards pleins de friandises et gâteaux, comme chez tout le monde.

Puis, à force d’explications (au début, je sortais souvent de mes gonds), et surtout, de me voir mal quand je mangeais mal, il a intégré l’idée. Il planquait ses cochonneries sucrées je ne sais où et en mangeait en cachette. Les disputes se sont espacées, puis, ont cessé.

Entre temps, je suis tombée enceinte de mon premier enfant. Pendant la grossesse, j’ai énormément pris soin de moi et de mon alimentation. Ça a été l’occasion d’en apprendre davantage encore sur cet aspect de ma vie.

en finir avec mon addiction aux sucres

Ma fille a avalé son premier bonbon vers l’âge de 15 mois, et, ô miracle, elle n’y tient pas spécialement. Elle n’a touché au gluten que vers l’âge de 18 mois. Comme il n’y a jamais de pain blanc chez nous, ni autre saleté, qui ne sert à rien en plus, cela reste très occasionnel, et ça nous va bien comme ça. Nous achetons environ une fois par semaine, parfois moins, du pain complet bio et elle adore ça.

en finir avec mon addiction aux sucres

Ce que j’ai fait et qui a fonctionné

On arrête là le suspense ! Je vous dévoile, enfin, ce que j’ai fait pour en finir avec mon addiction aux sucres.

Le principe de base

  • De la chrono-nutrition : il s’agit de manger tel aliment plutôt à telle heure et de s’en passer à une autre. Concernant l’addiction aux sucres, il est conseillé (très fortement recommandé, même) de :

ne pas manger de sucre – même des fruits ou jus de fruits – avant 13h

– de manger du gras et des protéines au petit-déjeuner : viande (jambon par exemple), poisson (saumon fumé par exemple), fromage, œufs (au plat, durs, en omelette avec garniture)…

– si vous voulez manger du pain, préférez-le sans gluten, au petit-déjeuner

– de manger des fruits, des légumes, des légumineuses, des féculents, du pain si vous le voulez, le soir, mais pas de viande ou de poisson.

La chrono-nutrition est une méthode beaucoup plus complète, mais je m’en tiendrai à ces quatre grands conseils, car ils sont suffisants concernant l’addiction aux sucres.

Si vous n’arrivez pas à faire tout cela, tentez d’abord de ne pas manger de sucres jusqu’à 13h. L’envie de manger des protéines animales le matin viendra rapidement. Mangez du pain blanc, ou, au mieux du pain complet le matin, si vous ne pouvez pas vous en passer.

en finir avec mon addiction aux sucres
Le petit-déjeuner basique, et pourtant tellement toxique!

Et ensuite, quelques autre conseils…

  • Faire une cure de probiotiques

  • Prendre de l’homéopathie : saccharum officinale, si vous voulez le savoir. Je vous conseille tout-de-même d’aller consulter un médecin homéopathe avant d’en prendre. L’homéopathie, ce n’est pas « rien », comme on l’entend et le croit souvent.

  • J’ai également pris un complément alimentaire conseillé par mon homéopathe. Je vous en parlerai en message privé, si vous le demandez. Laissez un commentaire en bas d’article. J’y répondrai dans les plus brefs délais par message privé.

  • Pour s’aider et aller plus profondément, on peut également pratiquer des bains dérivatifs – et oui, encore eux !

Clairement, c’est les principes de base de la chrono-nutrition que j’ai eu le plus de mal à mettre en place. Mais ça marche !

Quand je vois que je commence à avoir des envies sucrées, je reprends où je les avais laissées mes bonnes habitudes. Je bois beaucoup d’eau, et reprends les bains dérivatifs également.

Qu’avez-vous pensé de mes astuces pour en finir avec mon addiction aux sucres ?

Seriez-vous prête à les essayer ?

N’hésitez pas à commenter cet article, pour partager tout ça !

Natacha

  •  
    5
    Partages
  • 5
  •  

2 commentaires pour “En finir avec mon addiction aux sucres : 2e partie – Jour 12 de mon défi

Répondre
  1. Marie-Ju|

    Chapeau! J’ai beaucoup de mal de m’y mettre et pourtant j’y pense tout le temps et culpabilise après en avoir consommé grrr

    1. Natacha Guillaume|

      C’est difficile c’est certain! Une chose après l’autre… je serai tentée de vous dire de ne pas tout faire en même temps mais il me semble qu’au contraire plus on appliquera tous les conseils que je donne dans cet article en même temps et plus on a de chance de,progressivement, se débarrasser de son addiction aux sucres. C’est un travail de longue haleine 🙂
      Merci de votre commentaire Marie-Ju,
      Natacha.

Laissez votre réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.