Être mère au foyer

mère au foyer
Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand je lis, comme dans cet article, qu’il paraît qu’être mère au foyer fait des envieux… Je ne reconnais pas ce que j’entends au quotidien.

Travail

La quasi-totalité des gens à laquelle je dis que je travaille à la maison et que j’ai élevé ma fille sans aide extérieure (hormis mon mari) jusqu’à ses 2 ans ne m’envie pas. Les gens disent soit que je suis courageuse soit que je suis folle (en d’autres termes…). Beaucoup pensent aussi que mon enfant ne sera pas autonome, sera trop gâté ou sera asocial… Mais c’est un autre sujet!

mère au foyer
Free-Photos

Vous avez dit parité?

Et quand je lis que si un homme prenant un congé parental se heurte aux préjugés, je me demande de quels préjugés s’agit-il ? Parce que, concernant mon homme, en tout cas, qui est déjà considéré comme un demi-dieu par mon entourage proche, s’il prenait ledit congé, il serait canonisé sur place 😉

Je ne dis pas que c’est mal qu’un père se mette en congé parental, mais je trouve qu’il y a beaucoup de sexisme à ce sujet. Une maman qui est en congé pour s’occuper de sa famille ne fait pas d’envieux du tout ! Mais elle peut être extrêmement critiquée, par contre.

Si le père se met en congé, par contre, on aura de cesse de croire qu’il se sacrifie, qu’il fait un beau geste, et qu’il a du mérite.

On entend encore beaucoup trop de gens – et surtout des femmes en âge d’être grand-mère – dire que c’est bien maintenant parce que les papas s’occupent des enfants. Que les femmes ont de la chance… La parité a voulu que les femmes puissent travailler et avoir un salaire égal à celui des hommes (hum hum… y’a encore du boulot), il me paraît donc évident que la femme ne puisse pas tout gérer dans le foyer si en plus elle travaille. Naturellement, dans encore énormément de foyers, la femme passe plus de temps à s’occuper des enfants que son mari, car elle travaille à temps partiel. Et je n’ai pas vraiment envie que ça change car c’est bien naturel. Les enfants en ont besoin, a fortiori s’ils sont élevés par leur mère biologique.

mère au foyer
ArtzyBee

Faire un choix

Je serai bien restée en congé parental après la naissance de mon second bébé, mais, d’un point de vue financier, je n’ai pu m’y résoudre. J’ai donc repris le travail en étant en congé parental à temps partiel. Étant assistante maternelle, j’ai un lot de consolation : je peux garder mon tout petit à mes côtés.

Une maison à nous

Nous avons fait le choix, mon mari et moi d’auto-construire notre maison. Et bien-sûr, cela demande un certain investissement financier… Beaucoup de jeunes parents sont dans le même cas et un seul salaire ne suffit pas, voilà pourquoi les mères se remettent au travail rapidement après la naissance de leur bébé.

Se décharger d’un poids plutôt que se sacrifier

Ceci dit, nous avons revus nos dépenses à la baisse, mais sans nous sacrifier. Nous essayons simplement de ne pas nous créer de faux besoins, même si nous en avons encore plein à rayer de la liste ! Dans un souci de minimalisme également, nous n’engrangeons pas de matériels, vêtements et choses inutiles. Nous consommons le plus responsable possible, mais nous avons encore du chemin à faire et beaucoup à apprendre. Vous le savez sûrement si vous suivez ce blog, mais j’ai élevé ma fille en lui mettant le moins de couches possible et en répondant à ses demandes pour éliminer loin d’elle-même depuis qu’elle a 2 mois: cela s’appelle l’hygiène naturelle infantile (HNI). J’élève mon fils de cette manière aussi depuis qu’il a 3 semaines.

Les besoins primaires d’un bébé

Je suis tout-à-fait certaine qu’un bébé a besoin, au moins les deux premières années de sa vie, d’être en contact rapproché avec sa mère. Le portage intensif, l’allaitement à la demande (j’ai donné le biberon à mes deux bébés), le cododo et enfin, l’HNI sont des pratiques qui me paraissent nécessaires à son bon développement. Dans son livre “Le concept du continuum”, Jean Liedloff n’a de cesse de le répéter. Elle tire ces conclusions de son observation du peuple Yekwana, qui mériterait d’obtenir le record du monde du peuple le plus heureux. Leur manière d’élever leurs enfants en est responsable…

Ceci est un lien affilié. Si vous comptez acheter ce livre, faites-le via ce lien, je toucherai une commission. Merci à vous 🙂

Je le répète, je n’ai pas allaité

Pas besoin d’en faire un fromage. Je suis d’accord, c’est moins bien pour le bébé, pour son développement actuel et futur, mais je n’ai pas pu, ou je n’ai pas su… Mon corps m’a dit que « non ». Mes seins ont hurlé qu’ils avaient mal (sans crevasses pour mon fils, je précise). Alors j’ai écouté et j’ai suivi…

Pas le choix…

Tout ça pour dire à celles et ceux qui me diront « j’ai pas le choix », qu’on a toujours le choix, TOUJOURS. Même si ce n’est pas un choix plaisant ou agréable. Pour citer Michelle Pfeiffer dans « Esprits Rebelles » (un bon petit film) : « Il n’y a pas de victimes pour moi, dans cette classe! ». Cette prof incite les élèves d’une classe “difficile” à penser par eux-mêmes. Elle leur donne le goût de la réflexion et du travail afin d’obtenir de meilleurs résultats en classe et s’en sortir dans la vie…

J’ai choisi d’avoir un enfant, et j’ai besoin de travailler pour pouvoir l’élever décemment, selon mes critères propres. Alors j’ai fait le choix de continuer mon activité à la maison. J’étais assistante maternelle depuis 5 ans lorsque j’ai eu ma fille. Ce métier me plaît et – me direz-vous – me fait sortir du rôle de mère au foyer.

Rester à la maison, c’est être mère au foyer

Mais, techniquement seulement… Pour la majorité des gens auxquels j’ai parlé, je suis et reste une mère au foyer. Ces gens-là m’envient encore moins de faire ce travail que d’être à la maison!

Les mères au foyer ne touchent aucune rémunération pour le travail accompli, quant à elle. Être parent est peut-être le métier le plus difficile du monde et sûrement le moins bien rémunéré…

Aimez-vous être mère au foyer ? Sinon, que voudriez-vous faire ? Et si oui, que préférez-vous dans ce rôle ?

Je serai heureuse de lire vos témoignages dans les commentaires en bas d’article 🙂 Merci pour le partage d’expérience !

Abonnez-vous à ce blog en cliquant à droite ! Vous ne raterez aucun de mes prochains articles. Merci, à bientôt 🙂

Natacha

  •  
    36
    Partages
  • 36
  •  
  •  

7 commentaires pour “Être mère au foyer

Répondre
  1. Bonjour Natacha,
    Vaste sujet !
    Pour avoir vécu différentes périodes : travail et bébé chez assistante maternelle (le pire), congé parental, disponibilité, travail à la maison (en tant qu’assistante maternelle ! ) et bien je trouve que rien n’est satisfaisant…. Equilibrer vie de famille, vie sociale, vie professionnelle, vie personnelle est une mission…impossible ? Dans notre culture c’est très compliqué je trouve. Je reste passionnée par les enfants, les apprentissages, la transmission… J’ai choisi de partager tout cela dans un blog moi aussi.(il suffit de cliquer sur mon nom ; -)) Cela me permet d’équilibrer certains aspects cités plus haut. Mais pas d’en vivre ; -) Peut-être un jour et dans ce cas j’aurai trouvé un équilibre !
    Dans tous les cas mère est foyer est je trouve le plus ingrat, le plus fatiguant mais aussi le plus beau des métiers !
    Stéphanie

    1. Natacha Guillaume|

      Bonjour Stéphanie 🙂

      oui tu as raison, trouver son équilibre, c’est le cœur du sujet, le but, mais c’est très délicat 😉

      Merci de ton commentaire,

      Natacha

  2. Laurie Meyer|

    ici je suis tjs avec Estelle…

    plus le temps passe plus on se dit avec esteban que je vais rester à la maison avec elle et ce jusque son entrée en maternelle tout ça pour plusieurs raisons (on veut être garant de son éducation de toute petite enfance et comme les grands parents font et pensent tout l inverse on ne veut pas l y mettre en garde) puis ca ferait plein de courerie le matin vu que si on fait garder par une mamie faudrait faire garder par l autre aussi pour ne pas faire de jalousie.. ca serait le bordel car chacune habite des villages differenrs et esteban comme moi dans nos boulots respectifs ne travaillont pas te les jours aux mêmes endroits… sachant qu’ on a acheté une maison dans un village un peu perdu ça serait le bronx… autant attendre l école.. au moins on sera sur place et Estelle ne sera pas transportée partout… j espère juste qu’ elle sera prête à deux ans et demi pour que je puisse retravailler (a mi temps comme avant mais tout de meme).. ce sera impératif pour moi de reprendre le boulot à ce moment la pour ne pas trop user de crédit temps et espérer pouvoir garder le reste pour un autre enfant… tout est calculé.. c est pas très spontané mais c est la seule façon de faire pour nous côté finance tout en étant à la maison…. je reste aussi encore avec elle a la maison pcq je répond tjs à ses besoins de sommeil même en journée et pas de crèche car ça demande une panoplie de vaccins qu’ on refuse de faire)

    je le vis bien mais bon il faut trouver du contact pour elle et moi… et j aurais aimé plus d écoute en famille et pouvoir faire confiance ce qui n est pas le cas…

    je pense prochainement aller à des ateliers libres de psychomotricité (l enfant fait ce qu’ il veut l idée c est juste d avoir des tapis et des formes sur lesquelles jouer) je trouve ça pas spécialement intéressant car pas nécessaire à mes yeux mais bon elle pourra s amuser librement et voir d autres bebes c est le but)

    sinon j essaie de créer un petit réseau solide autour de nous des gens de confiance qui nous respectent et comprennent nos choix de vie… il y en a.. peu mais quand même 🙂

    (sinon elle ira plus tard dans l école du village qui est une école freinet par chance car il y en a peu mais il y en a peu dans le pays mais il y en a une dans notre village perdu au milieu des bois youhou) sinon j avais aussi pense à l ief mais j aimerais quand même reprendre le boulot… ou En changer mais travailler et que Estelle aille à l école et pas en ief car je ne me vois pas faire cela avec un éventuel autre enfant plus petit dont il faudra m occuper .et que l école a des avantages aussi et qu’ on a la chance d avoir une pedagogie alternative chez nous… sinon je n aurais pas voulu qu’ elle fréquente une école classique c est certain… je pense que j aurais arrêté carrément de bosser mais j aurais eu dur…. je suis minimaliste aussi mais bon… un salaire c est quand meme short… je n ai pas envie de réfléchir à 5 fois a chaque fois que je veux acheter un livre ou qqch…. la pour le moment on a le salaire de esteban et moi je trouve un petit revenu qui aussi minime soir il nous fait du bien et nous permet de vivre bien… on ne se prive de rien mais nos besoins ne sont pas bien gros non plus. je gâte Estelle mesurement et pareil pour nous… mais les choses que j acheté ont encore plus de valeur… de par le soin que j ai pris a les choisir de par leur qualité de part le fait de les acheter au bon moment etc.
    je donne un sens à mes achats…

    1. Natacha Guillaume|

      Merci de ton commentaire Laurie, je n’ai pas encore pris le temps de bien y répondre…

  3. Bonjour Natacha,

    j’ai été mère au foyer à plein temps entre 1999 et 2005, pour mes 3 ainés; c’est a dire avec l’aide du papa qui travaillait à mi-temps (on vivait avec très très peu…), et l’aide de mes parents de temps en temps pdt les vac (ma mère travaillait à l’époque). Je n’ai pas travaillé à cette époque, mon objectif était plutôt de me former; ce que j’ai fait de manière très patchwork, en week-end, avec des livres… Verdict final: une séparation. J’étouffais! Et le 1er bénéfice que j’ai trouvé à la séparation, c’est d’avoir de temps!

    2009, 2e couple, 4e bébé en 2010, puis 5e en 2017. Aujourd’hui je suis toujours bcp à la maison, mais je sais que j’ai besoin de relais sous peine d’exploser en plein vol. comme ma mère n’est plus de ce monde depuis peu, et ma belle-mère loin de chez nous, j’ai choisi de la mettre 2 jours par semaines chez une assistante maternelle (de 10h à 16h, c’est pas le bagne non plus). Mon conjoint travaille à la maison , boulanger bio avec le four à la maison ,et est hyper casanier; en fait c’est surtout lui l’homme au foyer! ceci parce qu’il n’est pas saturé comme moi, ce sont ses 1er et 2e enfant! Nous alternons la garde de pupuce, je suis avec elle 1h, puis lui 1h au jardin prend le relais, puis je surveille la sieste pdt qu’il fait autre chose, etc. on rebondit bien pour l’instant! Mais je reste vigilante, je sais que l’écueil du couple c’est un over maternage! (entre autre)

    j’aime être chez moi, m’occuper de ma maison, de ma fille, mais j’aime aussi m’occuper de moi et de mes projets, qui ne tournent pas autour de l’éducation…Équilibre à négocier! Les temps changent et je trouve plus de valeur et de reconnaissance sociale aujourd’hui à m’occuper des enfants qu’il y 15-20 ans, où là clairement “tu ne faisais rien” Les temps changent!

    savoir se donner de la valeur, donc, sentir que ce travail est un travail fondateur pour l’avenir de l’humanité, et en meme temps ne pas s’oublier. Telle est mon cap en ce moment…belle tranche de vie à vous toutes!

    1. Natacha Guillaume|

      Bonjour Pauline,
      ouf! quelle expérience!
      Finalement, on en revient toujours à la même chose : trouver SON équilibre! Mais effectivement je pense qu’un over maternage, c’est la mort du couple! Je vais bientôt écrire un article sur le burn out maternel et qui paraîtra sur un blog dédié au burn out… Je vous en ferai part sur ce blog et sur mon autre blog https://heureux-sans-couches.com si cela vous intéresse.
      Merci beaucoup de votre commentaire, riche et intéressant 🙂
      Natacha

      1. Merci de ta réponse Natacha. Oui, ça m’interesse de lire cet article quand il paraîtra. C’est bien de dire que ce sont des choses possible pour une mère d’en avoir juste raz le bol! Pour cvertaines personnes ça parait tellement incongru, et coupable!
        Bonne écriture, et à te lire!

Laissez votre réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.