Savoir se détendre afin de se sentir belle – Jour 19 de mon défi

se détendre afin de se sentir belle
Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C’est démontré, quand on est relax, on se sent mieux. Voici quelques astuces pour se détendre afin de se sentir belle, mesdames ! Même si certaines vous paraissent basiques, je suis sûre que vous vous retenez de les faire, parce que ce n’est pas conventionnel. Et pour d’autres, il faut carrément ne pas avoir peur du ridicule…

S’étirer

Dès le matin, encore dans votre lit, faites le chat ! C’est excellent pour la santé. Ça détend tout le corps et ça vous prépare pour vous lever du bon pied. N’hésitez pas à faire des grognements et à étirer chaque petit doigt, orteil et même le visage.

En vous étirant, vous permettez à chacun de vos muscles de retrouver leur longueur « normale ». On dort parfois en boule, et tout cela recroqueville les muscles du corps. C’est naturel de dormir comme cela et de s’étirer au réveil. Les muscles ainsi étirés vont être bien oxygénés et mieux éliminer les toxines accumulées pendant le sommeil.

se détendre afin de se sentir belle
Free-Photos

On étire aussi tous les os, la colonne vertébrale et les articulations. Parfois, ça craque…

On peut s’étirer allongé, assis ou bien debout. Certains commencent allongés, se lèvent, puis terminent debout. L’essentiel est de sentir bien ! Veillez à vous lever correctement, en amenant les genoux à votre poitrine quand vous êtes sur le dos, puis de les basculer hors du lit. Cela fera un effet balancier. Vous pourrez poser les pieds au sol et tout le buste se relèvera sans efforts, bien droit. Vous pouvez vous aider d’une main du côté de la taille proche du matelas, si, comme moi, vous avez besoin de soutien, pendant la grossesse, par exemple.

Je fais parfois quelques mouvements lents de rotation des cervicales en fermant les yeux et en respirant profondément. La respiration doit être abdominale.

La respiration

Quand on est énervé, fatigué, stressé ou quand tout simplement, on ressent le besoin de revenir au calme, on peut pratiquer la respiration abdominale.

Si vous arrivez à anticiper cela avant d’en arriver à une des trois situations décrites en début de paragraphe, c’est bien ! Vous êtes à l’écoute de votre corps.

La respiration abdominale

En terme de relaxation, c’est le must, comme on dit. Il existe d’autres types de respirations que je ne pratique pas, ni ne maîtrise. Je ne parlerai donc ici que de cette dernière.

Il s’agit d’expirer tout le flux d’air présent dans vos poumons, par la bouche et en rentrant le ventre. Puis d’inspirer par le nez en relâchant le ventre dans un tonus neutre. J’entends souvent qu’il faut gonfler le ventre comme pour le remplir. Je ne le fais personnellement pas. Cela crée une pression sur le périnée, ce que je cherche à éviter. Il me semble que c’est néfaste.

se détendre afin de se sentir belle
jill111

Il est important de commencer par l’expire, même si on sent qu’on a peu d’air à « vider ». On souffle fort par la bouche en rentrant fort le nombril comme pour l’amener à toucher la colonne vertébrale. Cet exercice est excellent pendant la grossesse, pour aider à récupérer plus rapidement ses abdominaux, et éviter d’avoir des vergetures. Je remercie ma kiné de me l’avoir expliqué. On peut même se munir d’un « Winner Flow », qui peut-être fourni en rééducation abdominale.

Hormis tout ces avantages, la respiration abdominale permet une détente totale et profonde, en peu de temps. On réoxygène ses tissus, on relance la circulation, on détend son corps, et on se sent bien (mieux) !

Cet exercice est aussi excellent à pratiquer lorsqu’on est en train d’accoucher. Il permet de libérer des endorphines qui soulagera le ressenti, parfois intense, des sensations des contractions utérines, et la fameuse ocytocine, que toutes les femmes en travail ont besoin de libérer pour la dilatation de leur col et la descente optimale du bébé, jusqu’à l’expulsion, et même la délivrance du placenta. C’est l’hormone de l’amour que nous sécrétons quand… nous faisons l’amour !

L’endorphine nous fait nous sentir bien. Comme quoi, se détendre afin de se sentir belle, c’est essentiel !

Bailler

se détendre afin de se sentir belle
marvelmozhko

Pendant qu’on s’étire le matin, l’envie peut venir. Alors, lâchez-vous ! N’hésitez pas à mettre du son, des grognements, à bouger la mâchoire et les zygomatiques. Tout cela vous aide à vous détendre. Parfois, le sourire ne tarde pas à s’inviter sur vos lèvres. Vous pensez à quelque chose qui s’est passé la veille, ou à ce qui vous attend aujourd’hui. Cela vous met en joie alors exprimez-le ! Il est bon d’exprimer ses émotions, c’est bien connu, qu’elles soient négatives ou positives ! Un bon bailleur en fait bailler sept autres, c’est bien que c’est utile…

Il est inconvenable de bailler en société. Je le déplore. Bailler oxygène le cerveau, détend la mâchoire et si on en ressent le besoin, il me semble qu’il faut le faire. Le corps ne nous demande pas quelque chose lorsque ce n’est pas nécessaire. Pourquoi faudrait-il se priver de le faire ? On peut très bien s’isoler, mettre la main devant la bouche, le faire plus silencieusement…

Je me souviens qu’à une époque, j’avais souvent mal à la mâchoire, et qu’une fois, en travaillant – c’était dans un magasin de sport, à l’époque – j’ai ouvert la bouche afin de faire quelques exercices pour détendre les zygomatiques et faire passer la douleur. Mon responsable passait justement par là, au même moment. Il m’a demandé – certes gentiment, mais d’un air étonné par tant d’impolitesse, tout-de-même – ce qui me prenait. J’ai expliqué ce qu’il m’arrivait. J’ai compris qu’il ne m’avait pas cru une seconde. Mais surtout, ce qui m’a dérangée dans l’histoire, c’est le fait qu’il soit si choqué par un geste aussi banal qu’un baillement, si cela avait été ce que j’étais en train de faire.

Il faut se retenir de se gratter les parties intimes, de péter, de roter, et maintenant de bailler ? Je dis stop !

Faites-vous des câlins

Juste un câlin ou un bisou entre amoureux quand on en a envie ou besoin, c’est excellent. Se tenir par la main dans la rue, en mangeant, ou dans une salle d’attente, par exemple, ça fait du bien.

se détendre afin de se sentir belle
MichaelGaida

Si vous avez des enfants, leur dire que vous les aimez, et les porter de temps en temps, même s’ils sont grands, détend énormément. On se rapproche et on ressert les liens. Et c’est là qu’on sécrète l’ocytocine dont je parle plus haut. C’est gratuit et très sain. Que du positif !

Faire l’amour avec sa moitié

Quand on est parents, c’est clair, c’est plus dur de trouver le moment. Mais, on peut faire preuve de créativité et d’imagination. Et on peut aussi se permettre, de temps en temps, de prendre un peu de temps, à deux. Mon homme et moi avons pris cette résolution en début d’année, comme je l’explique ici.

Se retrouver en amoureux, comme au temps où les enfants n’étaient pas là, ça fait du bien aussi. On oublie ses soucis, ses responsabilités, on ne s’occupe que de soi et de l’être aimé…

On a le droit de compter sur les grands-parents, les oncles et tantes des enfants, son meilleur ami, pour s’en occuper ne serait-ce qu’une heure ou deux. Et là, on souffle… Et on s’offre le luxe d’être très contents de retrouver sa progéniture, ensuite ! Ocytocine, quand tu nous tiens.

se détendre afin de se sentir belle
3194556

Prendre un bain

Toujours pareil, avec des enfants, c’est parfois galère. Il vaudrait mieux même pas y penser, en fait. Mais, quand on se retrouve sans eux, comme on devrait le faire de temps en temps, si on veut éviter les craquages et pétages de plomb, on peut se faire couler un bon bain chaud avec de la mousse et des bougies.

Moi, j’adore prendre un bain avec ma fille. Bon, c’est sûr, je ne me détend pas de la même manière. Mais je rigole bien, elle s’occupe de moi, et bien souvent, c’est un moment où le bébé que je porte bouge beaucoup. Alors, ma fille pose ses mains sur mon ventre et est parfois surprise de sentir son petit frère qui lui dit « bonjour ».

se détendre afin de se sentir belle
StockSnap

Faites une activité qui vous plaît

Je ne vous dirais pas « faites du yoga ». Faites-en si vous adorez ça, et d’ailleurs, c’est reconnu, c’est excellent pour se détendre.

Seulement, si ça vous prend la tête, si les cours disponibles sont loin de chez vous ou pour quelque autre raison que ce soit, vous n’y prenez pas de plaisir, ne le faites pas.

Ce conseil est bon pour tous les conseils que je donne dans cet article. L’idée est de se détendre. Si ça ne vous plaît pas, ça ne fonctionne pas…

se détendre afin de se sentir belle
jplenio

Si vous préférez jouer une partie de console de jeux ou aller faire de la zumba, vous devriez continuer de le faire… Et si vous avez envie – et que c’est possible – de “ne rien faire”, vous en avez le droit, n’est-ce pas? Quand on fait ce qu’on aime, on sécrète des endorphines. Ce qui est essentiel pour se détendre afin de se sentir belle…

Si vous avez aimé cet article, commentez, partagez et aimez ! Merci!

Et cochez la case « m’informer de tous les nouveaux articles », pour ne pas rater les prochains !

Natacha

  •  
    3
    Partages
  • 3
  •  
  •  

3 commentaires pour “Savoir se détendre afin de se sentir belle – Jour 19 de mon défi

Répondre
  1. Coucou Natacha,

    il est minuit passé et je me “détends” ENFIN après une looongue soirée (avec ma petite louloutte toujours sur moi) pfff c’est interminable, je t’avais dis que je t’expliquerais mais en fait l’explication est toute simple. Nous vivons dans un petit appartement à 3 dans lequel l’espace est restreint… Je n’ai pas d’endroit pour m’isoler avec Estelle pour la bercer tout en étant au calme, calme et bercements (plus encore souvent tenir ses mains et chanter, bref la totale lol) qui lui sont oh combien nécessaires pour s’endormir, bon si c’est cela qui lui faut et qui fonctionne, je le lui donne (et je me le donne à moi-même par la même occasion)… Du coup elle attend toujours que son papa aille au lit avant de elle-même dormir (et là il vient seulement d’y aller parce que voilà, il ne peut pas non plus sans cesse se contraindre à aller dormir aux heures qui nous arrangeraient Estelle et moi, là en l’occurrence il avait des choses importantes à faire au niveau de la paperasse (chez nous c’est chacun sa part des papiers je pourrais m’en occuper seule mais il aime aussi géré certaines choses lui-même à ce niveau là ce que je comprends tout à fait) et comme on se donne à fond pour être au plus vite dans notre maison, il n’a guère le temps de s’occuper de cela en journée, bref, et même si il ne s’agissait pas de papier il a bien le droit d’aller au lit quand il le souhaite tout simplement)… Estelle même si elle est fatiguée elle prend sur elle et lutte jusqu’à ce qu’il aille au lit… Ben oui si c’est moi qui vais dans la chambre avec elle non seulement l’espace est restreint pour la bercer (une fois que j’ai fais 10 fois le tour de cette petite pièce je n’en peux plus….) mais surtout elle “sent” toute l’agitation de son papa éveillé dans le couloir et les pièces juste à côté… C’est difficile de ne pas faire de bruit: l’eau du robinet qui coule, une chasse d’eau, un bruit de casserole… n’importe quel bruit finalement qui font dire qu’on n’est pas au calme, qu’il se passe quelque chose à côté… (souvent je me demande si ce n’est pas sa grande curiosité qui la maintient si longtemps en éveil quand elle entend du bruit et ce même si elle est KO ou presque)… bref, on ne peut difficilement échapper à tous ces petits bruits en tout cas… Quand Estéban ne dort pas mais qu’il reste dans la grande pièce Estelle finit quand même par s’endormir au bout d’un long moment, mais des soirs comme celui-ci où Estéban est agité, car il a l’esprit agité à cause des papiers, de ceci ou cela, et bien là elle (et moi aussi) ressentons très fort cette agitation et ce n’est pas la peine, elle ne dort pas avant qu’il aille enfin au lit (alors que lui-même aimerait se détendre après avoir fais tout ce qu’il a fait avec ces fichus papiers… ffff) c’est un peu un cercle vicieux, voire carrément… d’autant plus que plus l’heure de ce retour au calme est repoussée, plus Estelle est fatiguée, et plus dur encore elle a à s’endormir!

    voilà, mes soirées sont donc parfois trèèès longues à cause de cela… vivement que nous soyons dans notre maison où là j’aurai tout un étage rien qu’à moi pour m’occuper d’Estelle au calme et où son papa aura tout le bas pour vaquer à ses occupations plus tranquillement qu’avec nous dans ses pieds… (ben oui surtout pour les papiers… c’est pas l’heure que je chante des chansons à Estelle pour essayer de l’endormir…) ……….

    ce qui est vraiment con dans tout cela c’est que quand on sera enfin dans notre maison Estelle sera bien plus grande et elle n’aura je l’espère plus besoin d’être bercée comme c’est le cas maintenant puisqu’elle marchera (enfin je ne la berce pas tout le temps non plus, parfois elle s’endort juste contre moi comme cela mais quand même je la berce encore énormément je dois dire…)

    enfin, à mon avis pour le calme elle en aura toujours besoin même plus grande et moi aussi et finalement ça paraît bien normal…

    et bien donc voilà, je t’écrivais tout ceci pour te dire que là exactement en ce moment même où je t’écris, voilà ce qui me détend enfin: t’écrire! ou plutôt “lâcher ce poids”, pouvoir exprimer à qqn la difficulté de mes soirées due, je le pense, au fait de vivre dans un tout petit espace en famille…

    j’espère vraiment quitter cet endroit au plus vite… (c’est aussi pour cela qu’on se donne à fond pour la maison) on le paie en soirée souvent, mais bon, il est hors de question de rester ici pendant 3 ans encore ou plus et vu l’ampleur des travaux si on veut partir vite d’ici on a tout intérêt à se donner à fond la caisse…

    je ne sais pas si le fait de m’exprimer ici m’aide à me sentir belle mais en tout cas ça me fait un bien fou. J’espère que tu sauras prendre du recul à la lecture de ce commentaire et ne pas prendre mes émotions pour toi 🙂
    à savoir que malgré ces quelques difficultés lié à notre train de vie actuel, je suis tout à fait épanouie (même plus que jamais) , que je me dis que ce n’est que passager (même si c’est l’histoire d’un an ou deux tout de même) enfin bref, j’essaie de rester positive du mieux que je peux malgré toute la difficulté liée à nos travaux , ce sont avant tout des choix de vie et il fait les assumer malgré toutes les difficultés qui y sont liés (mais j’avoue parfois voire souvent je dois m’obliger à respirer un grand coup pour pouvoir restée centrée sur le bon côté des choses)

    tout ça pour dire que ce qui me détend le plus en ce moment justement c’est respirer (et écrire 😉 )!!! bien que en ce qui me concerne ce soit une respiration rapide et pas vraiment profonde pour laquelle la détente qui s’accompagne n’est pas profonde non plus mais juste ce qu’il faut pour pouvoir poursuivre plus sereinement mes activités… c’est surtout un recalibrage de mes pensées sur une ou deux respirations conscientes et hop je repars sur une note plus relax…
    (même si ce n’est pas de la détente profonde…. pour ça je ne sais pas ce qu’il me faudrait sachant que je n’ai pas le temps… ou plutôt voilà ce qu’il me faudrait plus de temps… moins de lessive… plus de soutien)….. moins d’agitation…
    voilà, j’essaie de rester calme dans tout ce chaos (et le calme que j’entretiens est proportionnel au “chaos” de ma vie en ce moment, je veux dire par là que je ne pense pas que je saurais faire mieux)… si peut-être en m’accordant plus de sieste et en écrivant un peu moins et encore… l’écriture me relaxe tellement en ce moment elle aussi… (si pas plus que tout le reste… on ne peut imaginer à quel point cela soulage de tant tant tant de choses, ça dégage les émotions qu’on ne peut plus contenir que de coucher ses pensées et ses émotions justement sur papier… ou clavier lol)
    c’est presque addictif (ça l’est?) une addiction de l’esprit… il doit lâcher prise lui aussi… mais il y a un temps pour tout et mon esprit n’a jamais été aussi épanoui depuis que je suis maman… j’ai tant de plaisir à jouer avec lui! à raisonner, à partager… cela m’a amené tant de belles choses depuis que j’ai commencé à t’écrire, à écrire aussi à d’autres mamans..
    et pas que à des mamans, je m’investis sur plusieurs front comme je ne l’ai jamais fais… et je vois que ça commence à payer (du moins c’est mon sentiment mais c’est encore trop tôt pour en parler)…

    s’étirer ça c’est le truc de Estelle le matin (tu verrais comme elle est drôle, elle fait ça avec tant de laisser aller)
    moi par contre je ne m’étire plus guère depuis qu’elle est née, c’est qqch que je faisais tout les matins avant aussi au réveil, comme elle, de manière systématique sans même réfléchir, comme si c’était un réflexe tout naturel (ce que c’est sans doute, quand je la vois faire elle aussi…) mais voilà, je me retiens de le faire parce que la première chose que je fais quand elle je me réveille (c’est elle qui me réveille) c’est de l’emmener faire pipi, et comme elle dort sans lange, pas le temps de traîner surtout après les longues heures de sommeil de la nuit, tu peux imaginer… une fois que ça c’est fait on se met en route pour la journée, (tetée, être dans les bras, habillage……) bref, je ne sais pas où caser des étirements dans tout cela, puis de toute façon comme je ne le fais pas dès le réveil, une fois que ce n’est plus le moment, ce n’est plus le moment je dirais le “réflexe” est passé… d’ailleurs je le vois aussi chez Estelle, parfois je la casse un peu dans son étirement vu que je l’emmène faire pipi directement et après, elle ne s’étire plus (alors que je l’ai arrêtée clairement dans son élan sinon elle ferait pipi en même temps) parfois je suis aussi un peu perdue avec ça, sais pas quoi faire, car les deux besoins semblent si important, j’aimerais pouvoir les respecter tous les deux… mais soit, si tu as une idée à ce propos ou un retour d’expérience je suis preneuse!… 😉

    chouette article en tout cas, j’ai encore envie d’en commenter chaque paragraphe mais je vais quand même aller au lit, je reviendrai p-e plus tard ici 🙂

    me voilà enfin bien détendue (ça fait une heure que je t’écris ce commentaire lol) et estelle est enfin bien détendue aussi (il était temps) et donc carrément endormie enfin…..

    merci pour cet article! il m’a bien inspiré ce soir! et j’ai pu vidé mon sac sur le sujet de ce qui me détend et surtout sur le pq j’ai grand besoin de me détendre en ce moment mais que c’est un peu compliqué (mais j’y arrive quand même la preuve, je t’écris cette dernière ligne avec un grand sourire alors que j”étais encore toute tendue il y a une heure, ‘cest magique non?)

    hihi

    merci Natacha pour cet article qui me fait donc un bien fou en me poussant notamment à vider mon sac, une fois n’est pas coutume! lol
    bon je ne relis pas ma tartine, désolée!! (et ne prends pas tout cela pour toi si je me défoule ici hein…) retiens juste que t’écrire me fait du bien car de un écrire fait du bien, de deux tu es d’une oreille si compréhensive que, j’avoue je mets mes difficultés un peu entre tes mains… mais juste pour aller mieux, en aucun cas pour te tirer vers le bas ou pomper ton énergie (même si je t’en pompe aussi), j’espère que tu comprendras… enfin de toute façon je pense que c’est réciproque je suis une oreille pour toi aussi prête à écouter toutes tes aventures quand tu le souhaites, j’espère que tu le sais (et finalement ‘cest ça qui est bien sur l’ordi, la conversation en différé ce n’est pas toujours facile mais d’un autre côté c’est super pratique aussi) on peut se confier en décaler et se lire quand nos bébés nous le permettent et ce sans rien oublier ou presque et surtout sans être interrompues (sauf en fin de sieste ou autre mais bon normal quoi la vie ce n’est pas que écrire ou parler avec ses copines non plus ;)) (j’ose le mot même si on ne s’est encore jamais vues…)

    à bientôt……….

    Laurie

    1. Natacha Guillaume|

      Ne t’inquiète pas, j’ai vraiment l’impression de te comprendre, et donc pour une fois dans ma vie (sans rire) je ne pompe pas les émotions de la personne qui est en face de moi ou qui me parle. Paradoxal? Non, bien au contraire! Je me sens exactement comme Jean Liedloff l’exprime et dit qu’il est sain de se comporter : comprendre l’émotion ou ce que vis l’autre auquel on est attaché (on ne se connait pas beaucoup mais vu qu’on se comprend très bien, je sens un lien 😉 ) sans pour autant ni prendre partie ni vivre l’émotion et en souffrir. C’est pour moi le passage qui souffre le plus d’incompréhension dans son livre. Je pense que prendre du recul face au ressenti de l’autre est très sain et permet vraiment d’avoir une attitude adéquate, comme elle le dit. J’ai réalisé que mon mari avait toujours ce genre d’attitude, et c’est pour cela qu’il a très bien (enfin comme il le fallait) réagi lors de mes accouchements : présent et serein 🙂 Je ne prends pas les choses pour moi dans ce que tu dis et (j’ai mûri ou bien?) cela me change. J’ai confiance en toi, rien de ce que tu dis ne me vexes, si je n’étais pas d’accord avec toi (c’est p-ê déjà arrivé sans que j’en tienne compte…), je suis sûre que cela ne me heurterai pas, bref, j’ai confiance, aucune peur 🙂
      Je suis à peu près sûre que tout ce qui nous fait du bien nous rend (plus) beau! Comme le corps et l’esprit sont indissociables, même si en écrivant tu n’es pas en train de t’épiler les sourcils (un exemple…) et que cela te décharges d’un poids, je pense que tes traits seront détendus et ton teint frais (entre autres avantages) car tu auras sécrété de bonnes hormones (je la fais courte au niveau explications…). Surtout ne fais pas attention au ton que je prends : je ne sais pas si tu sais déjà tout ça et je n’insinue pas que je sais mieux que toi, seulement j’ai encore beaucoup à apprendre sur la communication non-violente, et là, je ne sais pas m’exprimer autrement 🙂
      Natacha

  2. Coucou Natacha,

    Voilà seulement que je prends connaissance de ton commentaire et avec grand plaisir comme à chaque fois. Ton discours, qu’il s’agisse de toi-même et ton rapport aux autres, aux émotions, à moi, à ton mari, à ce que tu peux observer chez lui etc. (bref ton rapport à la vie et aux choses de la vie) est d’une telle clarté qu’il me touche d’une manière si directe que j’en suis bien souvent et simplement très émue.

    Ce que tu me dis là est dit sur un ton d’humilité et je pense que c’est cela qui me touche en réalité: partager sa connaissance sur une chose sans se sentir supérieur mais avec simplement l’envie de la partager et de la rendre accessible à une personne pour qui le sujet te semble être, et c’est ce qui te semble et a raison sinon tu ne m’écrirais pas tout cela, intéressant même si la personne (ici moi) n’y connaît peut-être pas grand chose encore en la matière ce qui peut être le cas ou pas… (en l’occurrence je saisis certaines choses sur les hormones etc. mais pas tant que ça à vrai dire, pas autant que toi qui t’ai déjà bcp renseigné sur le sujet contrairement à moi c’est sûr!)

    Tu ne saurais t’exprimer mieux que tu ne le fais déjà… et cela renvoi exactement à l’article que j’écris en ce moment pour mon blog… je ne sais pas si tu sauras voir le lien quand tu le liras si tu décides de le lire car il s’agit d’un sujet totalement différent mais la manière dont j’aborde mon sujet est la même manière dont tu me présentes le tiens dans ton commentaire et que je viens de “décrire” précédemment ou plutôt de mettre en évidence tellement cela résonne en moi en ce moment!

    pour le redire en d’autres termes et plus en détails peut-être ça peut aider … :
    montrer ce qu’on sait tout en montrant qu’on a encore à en apprendre ne peut jamais être perçu comme de la supériorité, c’est simplement énoncer ce qui est (et ce qui est, est quoi qu’on en dise ou pense) et tu fais très bien de le faire!

    c’est peut-être là la meilleure et la seule manière je pense de faire passer un message et de le faire comprendre.

    pour revenir au sujet, je n’y connais rien encore en hormones etc. mais pourtant je suis amplement d’accord avec ce que tu dis. le bonheur ou plutôt le bien-être, le vrai, rend “beau” et je m’intéresse énormément à la manière dont cela se produit également, les réponses que je trouve à cela sont tout autre que les tiennes, elles sont d’ordre métaphysique alors que les tiennes sont d’ordre physique… je n’y connais donc (encore?) rien en physique (ici en hormones) et toi peut-être encore rien en métaphysique (ou en spiritualité) mais pourtant ces deux réalités coexistent en même temps et aboutissent l’une et l’autre au même résultat concernant la beauté comme tout le reste…

    pour revenir à Jean Liedloff il faut que je rouvre le livre car là j’ai zappé ce passage et je ne comprends pas pourquoi car je ne cesse de me poser la question du rapport des yekwanas à la compassion car il semblerait que je n’ai pas tout compris là dessus… il y a des contradictions apparentes comme le fait qu’ils semblent ne pas être compatissant du tout à bien des égards et bien plus que nous à bien d’autres égards… certains passages m’ont bouleversé et éclairé à ce propos mais certaines questions restent néanmoins en suspend, peut-être que les réponses sont dans le livre d’après ce passage dont je ne me souviens pas et que tu me rappelles là!

    je finirai tôt ou tard par retrouver les réponses que je cherche car elles sont quoi qu’il en soit en moi… en plus que dans le livre
    mais j’essaie de ne pas m’obstiner à vouloir répondre à chacune d’elles non plus… (quelle contradiction apparente encore une fois)

    car je suis à autre chose en ce moment (un autre livre) et après celui-ci s’en suivra probablement un autre jusqu’à ce que je décide à rouvrir le concept du continuum… ce qui je pense arrivera encore un peu comme toi qui en a fait ton livre de chevet tellement il est inspirant.

    je te laisse sur ce, 🙂

    bonne journée!!

    Bises

    Laurie

Laissez votre réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.